Founded in 2012, Share Conseil agency has taken a leading role in the Digital industry through the introduction of creative and innovative concepts Never Done Before. From 3D to 360° videos, Live streaming and virtual showrooms, at Share Conseil we proudly created and developed a dozen of the most impressive Digital campaigns during the last 5 years in Morocco !

210 Bd Abdelmoumen, rés Jardins Abdelmoumen, Immeuble G2, 1er étage
(+212) 522.25.75.24
hello@shareconseil.com

4 prévisions pour 2019 concernant les IA

2018 aurait pu être élue année de l’intelligence artificielle, le sujet ayant fait l’objet de toutes les études et de tous les développements ces derniers mois. En effet, l’IA était omniprésente et ce n’est pas près de s’arrêter les 12 prochains mois. L’entreprise aurait tout à gagner, l’IA ne se limitant plus à faire tout le travail physique mais pouvant également être un substitut au travail de réflexion humaine avec des missions de planification, stratégie et prise de décision par exemple. Voici ce qui pourrait nous attendre l’an prochain.
1. L’intelligence artificielle devient une affaire de politique internationale

Un peu à la manière de la compétition ayant fait rage entre les Etats-Unis et la Russie durant la guerre froide notamment la course pour l’espace, l’IA est aujourd’hui au cœur d’une bataille technologique aux enjeux pharamineux entre les deux super puissances de l’IA, à savoir les Etats-Unis et la Chine. Le « leader du monde libre » ayant imposé de nouveaux droits de douane ainsi que de nouvelles restrictions à l’exportation, la Chine s’est vue obligée de se développer dans le but de devenir autonome et de ne plus dépendre de son concurrent au maximum. Ainsi, fini l’utilisation de puces Intel ou Nvidia pour le géant chinois Huawei. L’heure est à l’émulation nationale pour la fabrication de puces de traitement de l’IA 100% chinoises. D’un autre point de vue, Google s’est vu obligé de ne pas prendre pour partenaire des sociétés de technologies chinoises pour des raisons de sécurité nationale, certaines des technologies en question pouvant servir au département de la Défense américaine. Le risque encouru si ces tensions persistent, ce serait que ces frontières imposées au développement de l’IA puisse ralentir les progrès déjà effectués en la matière.

2. Une IA plus transparente

Il est très probable que dans l’avenir, les développeurs mettent en place des systèmes et algorithmes permettant de rendre la technologie de l’IA plus transparente dans le but de rassurer ses utilisateurs. En effet, à l’ère où les fuites de données personnelles font rage et où l’on fait de moins en moins confiance aux technologies, il s’avère important de rassurer et d’apporter une technologie à la fois fiable et éthique. Pour exemple, IBM a développé un système permettant une meilleure traçabilité des décisions de sa technologie AI OpenScale. Un système assurant un suivi sur les décisions prises par la technologie. De plus, les décisions prises récemment de protéger l’internaute via le RGPD contre l’exploitation abusive de ses données personnelles encouragera certainement les entreprises, petites et grandes, à opter pour la transparence.

3. L ‘IA créera plus d’emplois qu’elle n’en perdra

L’une des craintes majeures qui accompagne les réflexions et le dévelopement de l’intelligence artificielle, c’est que l’humanité soit remplacée par les robots et que tout le monde perde son emploi. Voici le scénario catastrophe le plus commun dans les fantasmes autour de cette technologie. Mais cette angoisse n’est pas tout à fait justifiée, du moins selon certaines études. En effet, le centre de recherches Gartner prédit que dès 2019, l’IA créera plus d’emplois qu’il n’en faudra sur le marché. En effet, d’après le centre 1,8 million d’emplois seront perdus au profit de l’automatisme. Ce qui est une prédiction effrayante si elle n’était pas contrebalancée par la prédiction de la création de 2,3 millions d’emplois dans l’industrie manufacturière en particulier mais aussi dans les secteurs public, de l’éducation et de la santé.